mercredi 30 juin 2010

PAI , quand l'ordinaire devient extraordinaire


Après une réunion ni faite ni à faire pour soit-disant renouveler le PAI de Malo pour l'année prochaine - PAI qui n'a encore même pas été rédigé par notre (nouvel) allergologue - je suis amère, furieuse, fatiguée, lasse...
Réunion emballez c'est pesé, à l'encontre de la dédramatisation que j'espérais, que nous appelons de tous nos voeux pour faire prout.
En vedette, cette saleté de fichu stylo injecteur d'adrénaline qui trônait au milieu de la table autour de laquelle étaient réunis et je ne sais toujours pas dans quel but, l'équipe pédagogique de cette année (merveilleuse année : considération, attention, sans misérabilisme ni pitié pour Malo, quel bonheur !), l'infirmière scolaire, l'institutrice de l'année prochaine ainsi qu'une partie de l'équipe pédagogique de l'école primaire puisque Malo entre en CP, et donc change de niveau d'où la réunion(ite).

On devait "parler" du PAI, dont personne ne connaissait la définition. Ou plutôt chacun croyait la connaître (je vous invite à consulter la page référencée dans les sites que nous visitons...). On a parlé technique. On a parlé adrénaline, obligations légales, risques légaux en cas de mauvais geste, de geste non fait et j'en passe.

La vie ordinaire d'un petit garçon s'est soudain transformée autour d'une table en cas extraordinaire et extraordinairement flippant, et, comment dire...comme un "cas d'école" croustillant?

L'infirmière a fait une démonstration magistrale de cette saleté d'ANAPEN dans une pauvre pomme, se demandant au passage où on piquait (sûr que la pomme n'a pas gueulé qu'elle l'avait pris dans l'oeil). Et donc de discuter de plus belle sur comment on appelle les pompiers, pourquoi on appelle les pompiers et comment on fait en cas de problème majeur et cie, et si on pique avant d'appeler ou bien plutôt si on appelle et qu'on pique en même temps... ah ben non, c'est pas possible ; bref, ça devenait très people tout ça...

Et donc Malo ne pourrait pas faire la ronde avec les autres enfants, Malo du fait de son asthme ne pourrait pas faire de sport, pas courir...? Et puis, cerise sur le gâteau, Malo ne doit pas déranger le rythme scolaire des autres enfants... quel crève-coeur...


J'ai ruminé toute la matinée, là pour le coup c'est un blog un vrai où je vais passer à la phase états d'âme...

Malo est un petit garçon comme les autres petits garçons. Il rit, il aime, il n'aime pas, il se fiche de la confiture plein les doigts et il m'en colle sur le canapé et moi ça me fait râler...
Malo est mon petit garçon, je l'ai porté toute seule, je l'ai élevée toute seule durant trois années d'enfer de souffrance physique parce que personne ne nous a écouté, personne n'a voulu croire qu'il était déjà très malade - une femme seule avec un enfant c'est encore louche.

Quand je vois aujourd'hui toute cette mise en scène, cette caricature de sa maladie, l'exclusion qui pointe son sale museau gluant au détour d'une réunion non maîtrisée, non organisée, envoyée comme ça pour la frime ou la règle administrative, quand je sais les efforts que l'on fait pour les protéger sans les couver et même si on en crève d'envie parce que dans cette société non plus, on n'a pas le droit de "couver" nos enfants, quand je vois la souffrance de Malo ces derniers jours, que je mesure les efforts qu'il fait malgré tout pour n'en rien laisser paraître, quand je vois la légèreté avec laquelle il repart jouer après une grosse crise...

On est loin du compte.
Bien loin du compte.


10 commentaires:

  1. Quelle injustice, je suis émue, et en colère...
    Si vous avez besoin de témoignages pour appuyer un courrier que vous voudriez leur faire, je suis là.

    RépondreSupprimer
  2. Merci merci Elise, c'est très gentil, ça nous touche beaucoup.
    En fait ce matin j'ai discuté avec ses maîtresses actuelles qui elles non plus n'ont pas apprécié la réunion ni la manière dont nous avons parlé de Malo. J'avais peur d'être un peu trop sur les dents, je n'aime pas qu'on aborde ce sujet, j'ai l'impression d'être une tigresse ;)
    Elles veulent aller voir la maîtresse de l'année prochaine pour mettre les pendules à l'heure... heureusement qu'il y a encore des maîtresses attentives et qui aiment les enfants, qu'ils soient bleus, rouges, jaunes, malades, sains, handicapés ou non...
    Là je suis moins en colère, moins triste, mais je suis si inquiète pour l'année prochaine, cela ne laisse rien augurer de bon...
    Et une intuition de maman...

    RépondreSupprimer
  3. euh... et puis nous verrons, courrier, pas courrier, changement de classe (c'est possible) d'école... on avisera et en tout cas si on a besoin de gros bras costauds pour nous appuyer, même si c'est notre jolie épicière eh ben hop, on l'embarquera c'est sûr ! ;)

    RépondreSupprimer
  4. Ah le PAI! Oui ici aussi c'est tout un truc... Plein de soutien! Nous on galère encore et moi aussi j'en ai marre!

    RépondreSupprimer
  5. euh question: "(je vous invite à consulter la page référencée dans les sites que nous visitons...)." comment on fait?

    RépondreSupprimer
  6. Bonsoir Julie

    il y a un "lien juridique sur les PAI" dans la collection de sites en bas à gauche de la page d'accueil du blog.
    Qui montre que le PAI est une belle idée...

    Un de nos projets, c'est d'aider cette idée à rester belle et à être réellement au service des enfants et de leurs parents, en montant des structures d'information et de formation des professionnels de l'enfance.

    Comme le hérisson est un peu têtu, on y arrivera!!

    RépondreSupprimer
  7. oui et merci aussi Julie pour tout le courage que tu nous envoies et courage à toi et le papa de Chiara pour le PAI.
    Oui c'est galère mais ça peut aussi bien se passer, comme pour nous cette année. Tout dépend de qui accueille les enfants, il n'y a pas de mystère en fait...
    D'autant qu'ils ont pas fini d'entendre parler de nous cette année... Malo veut aller à la cantine ! ;)

    RépondreSupprimer
  8. Je suis fort fort émue en vous lisant... Je ne suis dans dans votre cas, mais j'ai une amie qui vit aussi de ce cas avec ses petits loups, et cela me touche beaucoup qu'il n'y ait rien qui se fasse.....

    Je vous souhaite beaucoup beaucoup de courage, mais je ne doute pas que vous en avez à revendre en vous ;-)

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  10. Y'a eu un bug !!!
    Je disais merci Zorpinette pour vos encouragements et courage à votre amie aussi...
    Nous on est là si elle a besoin, même si je sais que les parents de ces enfants ont malheureusement "l'habitude" de se battre pour eux et y arrivent seuls aussi...:(
    Nous sommes malheureusement nombreux dans ce cas et puis oui le PAI reste souvent une formalité dénuée d'humanité...
    Il faut continuer à se bagarrer comme des lions, ou comme des petits hérissons enragés ;) pour que nos enfants vivent dans un monde où ils sont considérés comme des enfants, simplement !

    RépondreSupprimer

Vos ptites causeries c'est par là...

Related Posts with Thumbnails